Les avocats martyres

     Durant la période du colonialisme français en Algérie, de nombreux avocats ont été solidifier dans l’histoire grâce a leurs défense et combat pour la cause Algérienne, souvent au péril de leur vie, contre les pouvoirs et lois contingentes du moment, à se faire les chevaliers des causes justes, des causes «perdues». «L’homme est né pour vivre libre. Cette loi naturelle, aucun juge, aucune juridiction, ne sauraient la transgresser sans perdre le respect attaché à leur fonction (…). Toute la défense des soldats et militants du FLN-ALN, devant les tribunaux français, s’appuie sur cette considération et se nourrit de cette conviction», les légendes et héros du collectif des avocats du FLN s’appellent - entre autres : Ould Aoudia, Boumendjel, Aït Ahcene, Bentoumi, Sator, Oussedik, Bouzida, pour ne citer que ceux-là. Militants démocrates, défenseurs des droits humains, mais aussi opposants acharnés au système post-colonial, les avocats Ali Mécili, Hocine Zehouane, Youcef Fathallah, Ali Yahia Abdennour, Mokrane Aït Larbi, Bouchachi, Abdessamad Benabdellah, Tayeb Belloula, Mabrouk Belhocine…

Sans oublier les avocats étrangers qui ont marqué l’histoire de l’Algérie et qui ont participé à la lutte contre le colonialisme français, Maitre Jacques Vergès, Mario Lana, Pierre Kaldor, Jules Borker…

Amar Bentoumi

L'avocat de la cause algérienne Amar Bentoumi qui est un kabyle de Constantine, a trouvé à Alger dans les années trente, accueil et soutien pour suivre ses études et s'engager tôt dans le combat politique, avant d'en être le défenseur dans les tribunaux coloniaux. Dès les années quarante, le jeune militant et avocat s'est illustré à travers sa parfaite maîtrise des lois françaises pour en exploiter les failles et les contradictions pour les retourner contre les accusateurs des militants nationalistes. Sa voix tonitruante a longtemps tonné dans les tribunaux coloniaux mais aussi dans des conférences internationales sur le droit des peuples, les droits humains et les injustices des systèmes coloniaux. Avec ses confrères, comme maître Oussedik, Vergés, il a formé un collectif d'avocats engagés qui ne laissaient aucun répit à l'administration coloniale. Au lendemain de l'indépendance, maître Bentoumi a été désigné premier ministre de la Justice de l'Algérie indépendante.

Kaddour Sator

Kaddour Sator, né le 14 avril 1911 à Alger et décédé le 19 novembre 1997 à Paris, est un avocat et homme politique français puis algérien. En 1933, plus jeune avocat en exercice, il fonde son cabinet. Il est un compagnon de route de Ferhat Abbas et du nationalisme algérien, aux côtés également de Boumendjel et Ahmed Francis. Il organise alors le réseau des avocats du FLN. Après l'Indépendance, il devient directeur de la Législation au ministère de la Justice, poste auquel il élabore le Code de la nationalité algérienne sous l'autorité d'Amar Bentoumi Il est par ailleurs le premier bâtonnier musulman du barreau d'Alger Il est ensuite élu député à l'Assemblée populaire nationale.

page 1 sur 6 1 23456 »

Garlerie photos

Contactez nous

Adresse:   Palais de justice 10 rue Abane Ramdhane -Alger-
Télephone:     021 73 68 96
FAX: 021 73 50 59
Site internet: http://www.barreau-alger.dz
E-mail: avocats16alger@gmail.com